• Innovation et Transformation
    • Services Bancaires De L’avenir

Gagner la confiance grâce à l’intégrité, la transparence et le suivi

  • Article

Conversation avec… Grant Pearson, vice-président, Expansion des affaires, Nuna Logistics

La série Conversation avec… de la HSBC vise à mettre de l’avant des chefs d’entreprise qui sont une source d’inspiration pour les entrepreneurs et les dirigeants du monde entier.

Nous avons récemment rencontré Grant Pearson, vice-président, Expansion des affaires, chez Nuna Logistics, une société de construction civile et d’exploitation minière à contrat détenue majoritairement par des Inuits qui se spécialise dans les projets d’infrastructure dans les régions éloignées du Nord. Grant a fait part de ses réflexions sur les défis et les occasions pour les entreprises autochtones, l’importance de la confiance des collectivités et le développement du Grand Nord.

Parlez-moi de Nuna. Comment a-t-elle été fondée et comment est-elle devenue l’entreprise que l’on connaît aujourd’hui?

Au début des années 1990, les propriétaires fondateurs de Nuna ont reconnu que le développement de l’industrie canadienne naissante du diamant créait des occasions et compris le vaste potentiel de projets dans les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. Ils ont aussi compris l’importance d’une entité détenue majoritairement par des Inuits.

Nuna était bien placée pour contribuer à la construction des premières mines de diamants au Canada, et cette première expérience nous a aidés à acquérir une solide réputation d’excellence en construction dans des environnements éloignés et difficiles. Notre expertise, notre compétitivité, notre réputation et notre souci constant de l’excellence nous ont permis de prendre de l’expansion dans d’autres régions du Canada.

Nuna est fièrement détenue majoritairement par des Inuits. Comment cela a-t-il contribué au succès de l’entreprise?

Pour nos clients qui ont une entente sur les répercussions et les avantages avec nos propriétaires inuits, nous avons atteint nos objectifs en matière d’emploi et de formation. Cela a contribué à notre succès, car nous offrons aux clients des solutions sur plusieurs fronts. Nos propriétaires sont aussi d’importants investisseurs dans Nuna et des membres actifs de notre conseil d’administration. Leurs connaissances et leurs conseils au fil des ans ont été essentiels.

À l’extérieur du Nunavut, le fait d’être une société à propriété majoritairement inuite a aussi ouvert des portes dans d’autres collectivités autochtones au Canada, ce qui a donné lieu à de nouveaux partenariats et à de nouvelles occasions d’affaires.

Comment Nuna contribue-t-elle au développement du Nord?

Du point de vue des ressources humaines, Nuna a toujours reconnu que les projets à proximité qui puisent dans le même bassin de main-d’œuvre nécessitaient une formation afin de répondre à la demande de main-d’œuvre qualifiée. Notre engagement continu à l’égard de la formation a élargi les possibilités d’emploi pour les gens du Nord. De plus, l’achèvement de projets d’infrastructure clés – pistes aériennes, routes toutes saisons, routes d’hiver et infrastructures générales – a aidé nos clients à développer des projets qui ont contribué au succès économique global de la région.

Nous appuyons des initiatives comme le projet de construction d’une route et d’un port à Grays Bay de la Kitikmeot Inuit Association. Au cours de la première phase, le projet créera un port en eau profonde dans l’ouest du Nunavut et une route de 230 kilomètres qui s’étendra vers le sud, près de la frontière des Territoires du Nord-Ouest, jusqu’à une jonction avec une route menant à Yellowknife. Le projet changera la donne dans le développement du Nord.

La confiance du public a-t-elle été importante pour le succès de Nuna et, le cas échéant, comment votre entreprise a-t-elle gagné la confiance des collectivités où vous exercez vos activités?

Absolument. Sans la confiance de nos employés et de leur famille, de nos clients et du grand public, nous ne pourrions pas fonctionner comme nous le faisons aujourd’hui. Gagner la confiance grâce à l’intégrité, à la transparence et au respect de nos engagements envers tous les intervenants est essentiel à notre succès continu.

Je visite les collectivités longtemps après la fin de nos projets, et lorsqu’un membre de la collectivité me demande quand Nuna sera retour, je sais que nous avons fait du beau travail. Même une fois le projet terminé, nous continuons d’être de bons partenaires et, quand c’est possible, nous participons à des activités communautaires.

Quels défis particuliers les entreprises et les dirigeants autochtones doivent-ils relever sur le marché canadien?

Le marché canadien a pris du temps pour enfin reconnaître que les chefs d’entreprise autochtones sont d’excellents partenaires, et non des obstacles. Cela n’est jamais acquis, mais les choses se sont constamment améliorées depuis 20 ans.

Concernant les défis auxquels font face les entreprises autochtones en démarrage et sur le marché canadien, aucun n’est nécessairement propre aux entreprises autochtones. Il faut avoir les compétences, les occasions et les ressources voulues pour survivre au démarrage initial. Les entreprises doivent résister aux fluctuations du marché pour survivre aux périodes de ralentissement.

Bon nombre d’entreprises autochtones disent qu’il est parfois difficile d’acheminer les ressources vers les collectivités éloignées. Est-ce que cela a été un problème pour Nuna, et si oui, que faites-vous pour régler les problèmes de la chaîne d’approvisionnement?

Au Nunavut en particulier, il n’y a pas de routes qui relient les collectivités – tout se fait par transport aérien ou transport maritime l’été. Plusieurs sites de projet ne sont accessibles que par la route l’hiver, le fret aérien ou le transport maritime. Nous devons faire une planification logistique approfondie longtemps avant le début d’un projet. Dans la plupart des cas, nous n’avons qu’une seule chance de bien faire les choses.

Comment les établissements financiers ont-ils aidé des entreprises comme la vôtre à se développer? Que devraient-ils faire de mieux pour soutenir les entreprises autochtones?

L’accès fiable à des facilités de crédit à des taux concurrentiels a aidé notre entreprise à financer ses achats d’immobilisations et à gérer ses besoins en fonds de roulement. Étant donné les régions éloignées du Nord où nous menons nos activités, les efforts logistiques pour mobiliser les sites de travail sont complexes, entraînent d’importants coûts initiaux et exigent de longs délais d’exécution avant le début de nos projets. Les établissements financiers qui se donnent la peine de bien comprendre le modèle d’affaires de Nuna nous ont permis de réaliser plus de projets.

De nombreuses entreprises appartenant à des Autochtones ont de solides modèles d’affaires, mais n’ont pas toujours la capacité de prendre des risques pour financer entièrement les exigences de leur projet, surtout pour les projets de grande envergure. Les établissements financiers pourraient réduire les obstacles en offrant à ces entreprises des solutions créatives qui les aideraient à croître grâce à la propriété d’équipement sans s’exposer à un risque excessif.

Comment la communauté des affaires autochtone a-t-elle été touchée par la pandémie de COVID-19?

La situation a été difficile pour tout le monde, mais les gens des collectivités éloignées qui ont été mis en confinement et qui ne peuvent pas voyager à l’extérieur de la région ont été très éprouvés.

Dans de nombreux camps éloignés accessibles par avion, en particulier au Nunavut, les mesures de confinement ont été nécessaires pour assurer la sécurité des gens, mais cela a été difficile pour les personnes qui doivent travailler.