• Innovation et Transformation
    • Incidence de la Covid-19

Passer de la résilience à la reprise

  • Article

La pandémie de COVID-19 semble tirer à sa fin. Que réserve l’après-pandémie aux entreprises canadiennes?

Les campagnes de vaccination contre la COVID-19 s’accélèrent dans de nombreuses régions du Canada (et ailleurs dans le monde) et la pandémie donne heureusement l’impression d’être sur le point de disparaître. D’ici l’automne 2021, les entreprises canadiennes devraient revenir à un semblant de normalité après plus d’un an de crise éprouvante.

Bon nombre d’entre elles voient la fin éventuelle de la pandémie comme une occasion de revenir en force. Elles ont survécu au pire scénario et entrevoient une «nouvelle normalité» riche en possibilités. Leur résilience a fait ses preuves et elles peuvent désormais non seulement se remettre des difficultés de la dernière année, mais aussi se concentrer sur leur prospérité future.

«Les entreprises canadiennes voient les deux prochaines années d’un bon œil, explique
Dan Leslie, premier vice-président et responsable en chef national des clients à la Banque HSBC Canada. Elles sont optimistes quant à l’avenir et plusieurs s’attendent à renouer d’ici 2022 avec leur niveau de rentabilité d’avant la pandémie. De plus, elles sont bien conscientes de l’importance de perfectionner la main-d’œuvre, d’innover et de percer de nouveaux marchés pour tirer leur épingle du jeu.»

En cette fin de crise, les entreprises canadiennes ont également appris que le profit n’est pas le seul gage du succès : la culture organisationnelle, le développement durable et l’innovation sont des facteurs tout aussi importants.

Affaires et entrepreneuriat

La plupart des entreprises canadiennes sont prêtes à dépenser de l’argent pour prendre de l’expansion, même si leurs ventes accusent une baisse. Tout au long de la pandémie, plusieurs ont annoncé leur intention d’investir dans la technologie.

«Maintenant que la pandémie se résorbe, les entreprises averties se concentrent cette année sur deux piliers importants : l’expérience client et le bien-être des employés, ajoute M. Leslie. Pour ce faire, elles doivent investir dans des outils technologiques qui leur permettent non seulement d’améliorer l’expérience client, mais aussi d’attirer et de fidéliser une nouvelle clientèle.»

Bref, les sociétés avisées investissent aujourd’hui pour générer une valeur à long terme, et accordent plus d’importance à ces investissements qu’au rendement immédiat des actionnaires.

Commerce international et mondialisation

Malgré le coup de frein brutal donné en 2020 au commerce international, plusieurs entreprises canadiennes exercent toujours plus de la moitié de leurs activités à l’étranger, une proportion qui va augmenter en 2021 à mesure que la pandémie se résorbera lentement. À l’heure actuelle, environ 75 % de ces échanges commerciaux se déroulent en Amérique du Nord, mais on s’attend à une reprise des activités avec l’Europe au cours des trois à cinq prochaines années. Par ailleurs, la Chine est le deuxième partenaire en importance du Canada, représentant 4,7 % de nos échanges commerciaux internationaux.

Une étude récente de la HSBC2 a révélé que près des trois quarts des entreprises canadiennes s’attendent à ce que leurs ventes en Chine augmentent au cours des deux prochaines années, puisque ce pays demeure un marché convoité et un acteur incontournable des chaînes d’approvisionnement canadiennes.

«Les entreprises canadiennes reconnaissent que le commerce international a de nombreuses retombées positives sur leurs activités, leurs collectivités et les consommateurs»,
précise M. Leslie.

Il sera logique dans une économie post-pandémie de cibler davantage les marchés internationaux. De nombreuses entreprises estiment qu’une baisse de leurs activités à l’international leur serait défavorable à trois égards : chute de la demande des clients, perte de mobilité des employés et offre limitée de matières premières.

Développement durable

La plupart des entreprises canadiennes entendent mener un large éventail d’initiatives ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) lorsque la pandémie sera chose du passé. Bon nombre d’entre elles se sont fixé des objectifs ESG annuels ou sont en voie d’établir des cibles à atteindre d’ici 2025.

«Compte tenu de l’incidence de la COVID-19 sur les travailleurs de première ligne, les initiatives axées sur le milieu de travail sont devenues une arme de choix pour améliorer le rendement ESG des entreprises canadiennes. Pour ce faire, elles misent sur le bien-être des employés et explorent de nouvelles façons de travailler», ajoute M. Leslie.

Plusieurs entreprises constatent les effets bénéfiques d’une telle approche sur leurs résultats et s’attendent à ce que leurs ventes augmentent en raison de l’importance accordée au développement durable.

Chaînes d’approvisionnement

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la fragilité, la vulnérabilité et le manque de fiabilité des chaînes d’approvisionnement mondiales, surtout au début de la crise. La chaîne d’approvisionnement est donc une source d’inquiétude pour plus d’une entreprise canadienne, que ce soit en raison de la hausse des coûts, de fournisseurs non conformes aux exigences de durabilité ou du manque d’agilité de certains partenaires.

Les entreprises ont donc commencé à choisir leurs fournisseurs en fonction des mesures déployées dans leur pays pour contrer la COVID-19, et ont davantage fait appel aux technologies numériques et autres. Parmi les principaux avantages constatés, notons une réduction des coûts, une mise en marché plus rapide et une sécurité renforcée.

Maintenant que la deuxième année de la pandémie est bien amorcée, de nombreuses entreprises canadiennes privilégient les fournisseurs de proximité (près de leurs activités ou de leurs clients) qui démontrent une bonne résilience opérationnelle et sont en mesure de livrer rapidement.

«La crise a démontré sans l’ombre d’un doute qu’une chaîne d’approvisionnement sûre est cruciale lorsque survient un “cygne noir”. Même si la pandémie achève, les entreprises averties ne doivent pas ménager leurs efforts pour garantir la résilience et l’agilité de leurs partenaires d’approvisionnement en prévision d’une prochaine crise majeure.»

Une démarche axée sur la planification et la prévoyance à tous les niveaux (chaîne d’approvisionnement, initiatives ESG, développement durable et commerce international) est indispensable pour permettre aux entreprises de prospérer, quelles que soient les perturbations à venir.

L’après-pandémie se profile à l’horizon et de plus en plus d’entreprises peuvent maintenant réorienter leurs efforts quotidiens de la résilience vers la reprise. Celles qui planifient la suite des choses se donnent les moyens de rester rentables et de passer plus aisément en mode reprise.

Communiquez avec la HSBC pour discuter des défis que votre entreprise doit relever à court terme pour prospérer dans les années à venir.


1 https://wits.worldbank.org/CountryProfile/en/Country/CAN/Year/LTST/Summarytext

2 https://www.business.hsbc.com/navigator/growing-with-china

Avis

© Banque HSBC Canada, 2021. Tous droits réservés. Aucune partie du présent document ne peut être reproduite, conservée, distribuée ou transmise sans l’autorisation écrite préalable de la Banque HSBC Canada.

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d’un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir ni s’engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis.

Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d’une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat.

«HSBC» est une marque de commerce de HSBC Holdings plc, utilisée par la HSBC et ses sociétés affiliées en vertu d’une licence.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»).