HSBC Diversity Series with Nadine Spencer
  • Innovation et Transformation
    • Services Bancaires Ouverts

La visibilité pour tous : Partie 1

  • Article

Conversation avec… Nadine Spencer, présidente et chef de la direction, Black Business and Professional Association

La série Conversation avec… de la HSBC vise à mettre de l’avant des chefs d’entreprise qui sont une source d’inspiration pour les entrepreneurs du monde entier. Nous nous sommes entretenus récemment avec Nadine Spencer, présidente et chef de la direction de la Black Business and Professional Association (BBPA). Dans la première partie de cette entrevue en deux volets, Nadine Spencer nous fait part de ses réflexions sur l’entrepreneuriat, la justice et la résilience, et nous explique pourquoi les occasions économiques pour les chefs d’entreprise et entrepreneurs noirs commencent par la visibilité.

La BBPA a récemment lancé le programme sur mesure Business Advisory Implementation and Development Services (BAIDS), conçu pour fournir aux chefs d’entreprise noirs les ressources et les solutions permettant de relever les défis de l’après-COVID. Les participants recevront des services et un soutien bénévoles par l’intermédiaire de la BBPA. La Banque HSBC Canada est fière de soutenir financièrement le programme BAIDS, qui permettra aux chefs d’entreprise noirs d’avoir accès à des experts dans divers domaines professionnels. Les employés de la HSBC seront aussi invités à aider en jouant un rôle de ressource professionnelle et de mentor.

La HSBC est consciente qu’il y a encore beaucoup à faire pour soutenir les chefs d’entreprise issus des communautés autochtones, noires et de couleur, et pour embaucher des personnes issues de ces communautés (PANDC), car nous comprenons la valeur des perspectives différentes. Nos efforts dans ce sens comprennent la signature de l’engagement BlackNorth, un engagement à l’égard de sept objectifs qui, selon nous, permettra au Canada de mettre fin au racisme systémique envers les Noirs et de créer des occasions pour les groupes sous-représentés. Le Groupe HSBC vise également à doubler, d’ici 2025, le nombre d’employés noirs occupant des postes de direction. Dans le cadre de notre engagement BlackNorth, nous nous sommes également engagés à ce qu’au moins 3,5 % des postes de direction et de conseil d’administration au Canada soient occupés par des leaders noirs d’ici 2025. Lisez notre entrevue avec Mme Spencer :

Parlez-nous de la Black Business and Professional Association et de son histoire.

Cette organisation existe depuis 38 ans. Notre fondateur, Denham Jolly, l’a lancée parce qu’il s’est rendu compte que les entrepreneurs noirs n’avaient pas accès aux ressources dont ils avaient besoin pour réussir dans le milieu des affaires.

Quelle est la mission de l’organisation et comment aide-t-elle les jeunes futurs entrepreneurs noirs en particulier?

La justice est au cœur de notre mission. Notre objectif est de remédier aux injustices et aux disparités dans la disponibilité des ressources et de créer des occasions économiques pour les professionnels et chefs d’entreprise noirs par l’entremise de nos programmes et de nos initiatives éducatives, y compris des bourses pour les étudiants noirs. L’an dernier, 1 547 étudiants noirs ont présenté une demande de bourse, et nous avons pu en soutenir 108.

Mais les 1 400 étudiants noirs qui n’ont reçu aucune bourse ont aussi besoin de soutien. Une partie de la solution réside dans nos programmes axés sur le mentorat et la formation entrepreneuriale, qui procurent aux jeunes entrepreneurs du leadership et des conseils.

Quelle est votre expérience personnelle en matière d’entrepreneuriat?

Je suis devenue entrepreneure à 12 ans. J’étais alors dans une situation très difficile. Ma mère avait déménagé au Canada et m’avait laissée avec une de ses amies en Jamaïque en attendant de s’installer dans sa nouvelle maison. Elle ne s’est pas rendu compte que son amie n’allait pas forcément prendre bien soin de moi. J’ai souvent été retirée de l’école pour aller faire des courses. Lors d’une de ces courses, alors que j’étais à plus de 150 km de la maison, sans argent ni moyen de rentrer, j’ai élaboré un plan d’affaires. Je suis ainsi devenue femme d’affaires à 12 ans!

C’est pourquoi je me passionne pour l’entrepreneuriat. En 2016, j’ai remporté un prix Harry Jerome de la BBPA, l’accomplissement le plus élevé au sein de la communauté noire dans les affaires. Ce prix revient à la jeune fille de 12 ans que j’étais, qui a pris la décision de devenir entrepreneure sans même savoir ce que le mot voulait dire.

Quelle était l’entreprise de cette jeune fille de 12 ans?

À Spanish Town, en Jamaïque, on fabrique de délicieuses galettes, et l’amie de ma mère m’avait demandé d’en acheter. Mais la première fois qu’elle m’a envoyée faire les courses, elle ne m’a pas donné d’argent pour rentrer à la maison.

Je suis arrivée et j’ai rencontré une femme au marché. Je lui ai dit que je reviendrais régulièrement acheter des galettes et que j’aimerais qu’elle m’en vende 10 au prix de 8. J’ai conclu la transaction avec elle, puis j’ai acheté du papier sulfurisé avec l’argent restant. Après avoir enveloppé les galettes dans le papier, je suis allée dans une autre partie du marché et je les ai vendues. J’ai fait un profit et j’ai non seulement pu payer le billet d’autobus pour rentrer à la maison, mais j’ai aussi pu prendre un repas (après avoir racheté des galettes à rapporter à la maison).

J’ai fini par devenir une vraie pro. Chaque semaine, je trouvais de nouvelles façons de vendre plus de galettes.

Chaque femme devrait pouvoir diriger une entreprise. Même si vous n’êtes pas formée, si vous avez un excellent produit, vous pouvez être entrepreneure. Vous pouvez bâtir un avenir et faire une différence pour votre famille et votre collectivité.

Comment le milieu des affaires noir a-t-il été touché par la pandémie de COVID-19 et le racisme systémique mis en évidence par le mouvement Black Lives Matter?

Dans le cadre de la COVID-19, nous avons comparé les entreprises ordinaires avec les entreprises appartenant à des Noirs. Nous avons constaté que de nombreuses entreprises ordinaires avaient des réserves de liquidités d’au moins six mois à la banque, alors que l’entreprise noire moyenne n’avait qu’un mois de liquidités. Pourquoi? Parce que ces entreprises n’ont pas accès au crédit, ou encore aux réseaux et aux ressources clés.

J’ai donc lancé une ligne d’assistance disponible 24 heures sur 24, car ces personnes avaient besoin de conseils. J’ai géré cette ligne moi-même. J’ai répondu à des appels le matin, le midi et le soir, et écouté les entrepreneurs noirs me parler de leurs difficultés. Le problème le plus fréquent que j’ai entendu était que personne ne leur disait où aller, quoi faire et comment obtenir des fonds. Les obstacles créés par le racisme systémique ont empêché ces entrepreneurs d’accéder aux ressources dont ils avaient besoin pour réussir.

Le racisme systémique continue d’être un problème. J’ai des clients qui ne sont pas noirs et qui me disent que la banque les appelle régulièrement pour leur offrir des prêts dans le cadre du programme Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), soit des prêts sans intérêt pouvant aller jusqu’à 40 000 $ pour les petites entreprises et organismes sans but lucratif canadiens. Un client m’a même dit : «Je n’ai pas besoin de cet argent. Je ne l’ai pris que pour que la banque arrête de m’appeler.» Mais quand j’ai appelé des entrepreneurs noirs, ils m’ont dit que leur directeur de banque ne les avait pas appelés du tout pour leur parler des prêts au titre du CUEC.

Le mouvement Black Lives Matter a contribué à sensibiliser les gens aux défis auxquels les entreprises noires font face. Nous avons de nouveaux alliés grâce à ce mouvement, y compris des sociétés partenaires comme la HSBC. Je parle régulièrement avec tous nos partenaires, et ces derniers entendent parler directement des défis auxquels les entrepreneurs noirs font face en raison de la couleur de leur peau.

Heureusement, grâce au financement de la HSBC, nous avons pu accéder à des ressources pour aider ces entreprises.

Avis

© Banque HSBC Canada, 2021. Tous droits réservés. Aucune partie du présent document ne peut être reproduite, conservée, distribuée ou transmise sans l’autorisation écrite préalable de la Banque HSBC Canada

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d’un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir, ni s’engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis.

Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d’une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat.

«HSBC» est une marque de commerce de HSBC Holdings plc, utilisée par la HSBC et ses sociétés affiliées en vertu d’une licence.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»).