Our people are pur North Star with Bobbie Racette of Virtual Gurus - HSBC Canada
  • Innovation et transformation
    • Services bancaires ouverts

Nos employés, notre étoile Polaire – Partie 2

  • Article

En tant que femme autochtone de la communauté LGBTQ, quels défis particuliers avez-vous dû surmonter en tant qu’entrepreneure?

Je suis une femme, je suis LGBTQ et je suis autochtone. C’est très rare. En Alberta, femmes autochtones autochtones qui œuvrent dans le secteur technologique sont peu nombreuses et, en un sens, cela m’a aidée à raconter mon histoire.

Mais j’ai été victime de tellement de préjugés dans ma vie. L’autre jour, je marchais dans la rue et on m’a lancé un commentaire raciste. J’étais au Canadian Tire et on m’a escortée jusqu’à la sortie parce que je suis une femme autochtone.

C’est un honneur pour moi de raconter mon histoire afin que d’autres femmes autochtones et LGBTQ puissent dire : «Si elle peut le faire, je le peux moi aussi.» Maintenant, mon objectif premier est d’encourager et d’inspirer d’autres personnes.

Quand la COVID-19 a frappé, les employés de Virtual Gurus travaillaient déjà à distance et avaient des horaires flexibles. Quelles ont été les répercussions de la pandémie pour vous?

Étant nés d’une crise économique, nous étions tout à fait dans notre élément. Le confinement n’a rien changé à nos activités. En revanche, nos clients ont été durement touchés; l’incertitude a commencé à peser sur eux, car ils savaient maintenant, comme tout le monde, que ce n’était pas une pause de deux semaines.

Nous avons donc offert des services gratuits à 110 entreprises en démarrage, car nous voulions les aider à se maintenir à flot. Nous avons ensuite accordé des rabais de 40 % à tous les nouveaux clients qui n’étaient pas des entreprises en démarrage, ce qui nous a permis d’en attirer quelques centaines. S’ils devaient mettre à pied des employés administratifs, nous embauchions ces derniers. Nous voulions aider les personnes licenciées et sauver les entreprises.

Nous avons connu un essor essentiellement fulgurant. Nous avons enregistré une croissance de 300 % sur 12 mois. Nous avons maintenant 26 employés à temps plein et en aurons bientôt 5 de plus, et 400 employés contractuels.

Vous avez remporté des prix pour la façon dont vous traitez vos employés. Pourquoi est-il si important pour vous d’être une chef d’entreprise au grand cœur?

J’ai été mal traitée dans certains de mes emplois, mais il fallait bien manger. J’ai vu d’autres personnes mal traitées et, un jour, je me suis dit que je créerais une entreprise humaine et compatissante.

Les gens sont importants; vous voulez qu’ils veuillent travailler pour vous. Je me suis départie d’employés qui intimidaient verbalement des collègues. Je les ai accompagnés jusqu’à la sortie, leur disant qu’un tel comportement était inacceptable ici.

Si un employé de Virtual Gurus ne se sent pas en sécurité, c’est à moi que revient la faute.

Vous avez mentionné que votre passion est tournée vers vos employés et que vous avez choisi l’étoile Polaire comme logo. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet, par exemple, comment ce logo vous a-t-il aidée à attirer des investisseurs?

Quelque 95 % de nos employés contractuels s’identifient comme des femmes, 65 % vivent dans des collectivités éloignées et 45 % font partie de la communauté LGBTQ; ce sont majoritairement des personnes sous-représentées qui ont été mal traitées dans leurs emplois précédents. Ils savent que notre entreprise les soutient et veulent travailler ici pour cette raison.

La plupart de nos investisseurs sont des fonds à retombées sociales. Je mets d’autres entreprises au défi de comprendre qu’elles peuvent encore exercer une influence sociale tout en prenant de l’expansion. Beaucoup d’investisseurs potentiels considèrent qu’il n’est pas nécessaire de se concentrer sur les retombées sociales, mais seulement sur l’expansion. Je n’étais pas du même avis; je voulais rester fidèle à mon mandat et à ses retombées sociales.

Et maintenant?

Nous sommes maintenant partout aux États-Unis; quatre membres de l’équipe de vente se concentrent sur le Canada et les États-Unis. Nous cherchons à acquérir une entreprise d’assistants virtuels au Royaume-Uni, et le financement de série A nous aidera à cet égard. Nous avons maintenant la Nouvelle-Zélande et l’Australie dans notre mire.

D’ici la fin de la prochaine année, je crois que nous aurons un effectif de 1 000 personnes, la plupart provenant de communautés marginalisées. Et ce n’est qu’un début!


Cliquez ici pour la première partie de notre entrevue avec Bobbie Racette.