Facteurs ESG : quel est le rendement du capital investi pour une petite entreprise canadienne? - Banque HSBC Canada
  • Croissance de mon entreprise
    • Favoriser la croissance

ESG : quel est le RCI pour une PME canadienne?

  • Article

Vous croyez que votre entreprise est trop petite pour faire du développement durable une priorité? Le marché vous invite à y réfléchir de nouveau. Dans cet article, découvrez comment les facteurs ESG peuvent aider les PME à se démarquer à l’avenir, ainsi que cinq points importants à évaluer pour faciliter votre virage ESG.

Le développement durable est maintenant en tête des priorités des entreprises, peu importe leur taille ou leur portée. En effet, le public se préoccupe de plus en plus des conséquences du changement climatique et de l’exploitation des ressources naturelles, tout comme des enjeux liés aux droits de la personne et des inégalités que la pandémie de COVID-19 a exposés au grand jour.

Les investisseurs, les employés, les organismes de réglementation et la population en général exigent d’en savoir plus sur le rendement des entreprises sur le plan environnemental, social et de gouvernance, ce que l’on appelle les «facteurs ESG». En effet, les placements axés sur les facteurs ESG connaissent une hausse fulgurante. L’investissement responsable au Canada a bondi de 48 % depuis 2017 et atteint maintenant 3,2 billions de dollarsi.

Il ne faut pas voir les facteurs ESG comme une simple obligation : ils peuvent aussi donner lieu à de nouvelles occasions d’affaires et accroître les marges bénéficiaires. Les petites et moyennes entreprises (PME) qui se soucient des facteurs ESG attirent davantage d’investisseurs pour qui le développement durable est important, et donc plus de capitaux. Les jeunes préfèrent travailler pour des employeurs qui ont un effet positif net sur le monde. Les entreprises qui ont de la vision et qui saisissent ces occasions en prenant le virage ESG s’engagent sur la voie du succès, surtout celles de petite taille qui bénéficient de certains avantages par rapport à leurs homologues de plus grande envergure.

Les grandes sociétés disposent certes des ressources nécessaires, par exemple des équipes responsables du développement durable qui rédigent et mettent en œuvre des politiques et des lignes directrices conformes aux facteurs ESG, conçoivent des produits verts et concluent des ententes et des partenariats de haut niveau en matière de durabilité, mais la bureaucratie et les lourdeurs administratives freinent souvent leur capacité d’action. En revanche, les petites entreprises, moins bureaucratiques et plus souples, peuvent prendre des décisions plus rapidement.

Un autre avantage? Les petites entreprises sont habituellement plus près de leurs clients puisqu’elles sont établies dans les collectivités locales où elles exercent leurs activités. Beaucoup ont une histoire, une marque, un produit ou un service que les clients locaux connaissent et utilisent et auxquels ils s’identifient. Pensez par exemple à votre café du coin, où vous croisez vos voisins et où vous pouvez savourer des boissons et des mets souvent adaptés précisément aux goûts locaux ou aux suggestions des clients.

Lorsqu’une PME locale prend le virage vert, elle peut réaliser des économies substantielles en apportant des changements relativement simples, comme passer aux reçus numériques, utiliser des matériaux d’emballage recyclés ou compostables, réduire la quantité de déchets ou devenir plus écoénergétique. Ces économies se traduisent par une hausse des revenus.

La mise en place de mesures et de politiques complètes en matière d’enjeux ESG peut non seulement attirer de nouveaux clients et des employés talentueux, mais aussi améliorer le bénéfice net et la réputation d’une petite entreprise, tout en réduisant son empreinte carbone. L’entreprise sera également en meilleure posture pour gérer les exigences réglementaires qui devraient s’accroître au cours des années à venir, les citoyens, les employés et les intervenants publics exigeant une amélioration des enjeux ESG et davantage de transparence. En résumé, toutes les entreprises ont avantage à amorcer le virage ESG pour prendre une longueur d’avance.

Les PME sensibles aux enjeux ESG deviennent aussi plus attrayantes aux yeux d’investisseurs à la recherche d’occasions potentielles et pourraient avoir plus de facilité à négocier ou à renégocier du financement. En effet, les banques exigent de plus en plus que les entreprises auxquelles elles prêtent de l’argent aient en place des politiques ESG et mesurent leur rendement à cet égard. Au Canada, les marchés des capitaux s’apprêtent à soutenir les entreprises qui opèrent leur transition vers une économie sobre en carbone. La croissance et la popularité du marché canadien des prêts verts et liés au développement durable devraient donc se poursuivre en 2021 et au cours des prochaines années.

Alors... par où commencer? Les petites entreprises qui songent à renforcer leurs initiatives ESG et à améliorer la réputation de leur marque en matière de développement durable doivent analyser plusieurs éléments, dont les suivants.

  • Réfléchissez aux tendances qui affectent directement votre entreprise. Vous faites le commerce du café? Où achetez-vous votre produit? Trouvez des fournisseurs équitables qui suivent de saines pratiques ESG que vous pouvez communiquer à vos clients.
  • Évaluez comment vous pouvez rendre votre chaîne d’approvisionnement plus verte et résistante aux changements soudains, qu’ils soient de nature environnementale, réglementaire ou autre.
  • Déterminez si vous pouvez revoir la conception de vos produits pour y intégrer des matériaux réutilisés ou provenant d’autres sources.
  • Assurez-vous que vos pratiques d’embauche et de rémunération favorisent la diversité de la main-d’œuvre et que vos employés reçoivent un salaire suffisant.
  • Décidez comment vous allez mesurer les retombées de vos efforts sur vos résultats.

C’est cet aspect qui pose le plus de difficultés pour les entreprises tant de petite que de grande taille. Mais comme ce défi est universel, de nombreux intervenants planchent sur des solutions pour faciliter la mesure du rendement ESG.

Par exemple, le RID (rendement de l’investissement durable) est un coffre à outils mis au point par la HSBC et NYU Stern pour aider les entreprises de l’industrie du vêtement et d’autres secteurs à mesurer les retombées de leurs efforts ESG. En comparant des investissements durables à neuf facteurs médiateurs qui ont une incidence sur le rendement (fidélité, couverture médiatique, relations avec les fournisseurs, etc.), des détaillants comme Eileen Fisher, H&M et REI, pour n’en nommer que quelques-uns, quantifient les retombées de leurs investissements, répertorient les pratiques gagnantes et tirent même profit de leurs efforts en matière de développement durable.

Les enjeux ESG sont sans aucun doute là pour de bon, et ce ne sont plus seulement les grandes sociétés qui doivent en tenir compte. Il est encore temps pour les PME de prendre le virage ESG et de mettre le développement durable au cœur de leur réussite pour en retirer des avantages et se démarquer de la concurrence. Communiquez avec la HSBC pour faire le premier pas.