01 août 2019

L’avenir de la mobilité durable : Comment le modèle circulaire transformera-t-il notre économie?

La HSBC explique comment l’avenir de la mobilité durable et de l’économie circulaire peut créer une croissance durable pour les entreprises du Canada et du monde entier.

Vous avez des questions? Vous êtes prêt à commencer?

Comment atteindre une croissance durable d’une manière qui soit à l’avantage de tous et comment récupérer la valeur économique perdue dans notre modèle linéaire fondé sur l’extraction, tout en réduisant les déchets? Dans la première partie d’une série consacrée à l’avenir de la mobilité et au rôle que le secteur bancaire peut jouer pour y donner forme, nous explorons le potentiel transformateur de l’économie circulaire, qui vise à dissocier la croissance économique de la consommation des matières premières et des ressources non renouvelables. Dans le cadre d’un examen des possibilités offertes par ce modèle, examen présenté par la HSBC au Sommet mondial de la mobilité durable tenu cette année à Montréal, Dana Krechowicz, première directrice, Financement durable de la Banque HSBC Canada, explique les avantages des modèles opérationnels circulaires et les défis qui se présentent à l’horizon.

Refermer la ligne droite

Nous vivons actuellement dans une économie «linéaire», déclare Krechowicz : nous fabriquons, nous consommons et nous jetons. Or, on s’attend à ce que des tendances mondiales comme l’augmentation de la population, la croissance de la classe moyenne, les contraintes relatives aux ressources et les changements climatiques modifient considérablement le cadre d’exploitation des entreprises, qui doivent être prêtes à s’adapter si elles veulent continuer de prospérer. «À la base, l’économie circulaire consiste à refermer cette ligne droite pour la transformer en une boucle afin de réduire au minimum les déchets dans le système économique et d’utiliser les ressources plus efficacement», explique-t-elle. Adoptés à grande échelle, les modèles opérationnels circulaires ont la possibilité de modifier le circuit d’acheminement des matières en réduisant la demande de matières vierges et en réacheminant les déchets, qui polluent nos terres, nos rivières et les océans. Ces modèles exploitent également les récentes avancées de la TI pour accroître leur pénétration et leur sophistication dans tous les secteurs. Ce marché devrait croître de 1 à 4 % au cours de la prochaine décennie.

Éviter les déchets en réorientant les modèles opérationnels

Dans notre société, les déchets sont devenus un énorme problème, explique Krechowicz, et les modèles opérationnels traditionnels subissent de plus en plus de pressions : les entreprises devront peut-être commencer à payer pour les déchets et la pollution qu’elles produisent et assumer une plus grande responsabilité à l’égard des externalités négatives; la rareté ou le coût plus élevé des matières vierges accroissent le risque lié à la chaîne d’approvisionnement; et la conscience plus vive de l’impact environnemental de la consommation entraîne des changements dans les préférences des consommateurs.

L’économie circulaire redéfinit notre modèle économique de trois importantes façons. Premièrement, l’accent est mis davantage sur des produits de meilleure qualité, même si cela se traduit par une baisse des ventes. Deuxièmement, la notion de possession du produit cède la place au produit considéré comme un service, de sorte que le consommateur peut maintenant avoir accès à un produit même si celui-ci ne lui appartient pas. Les entreprises louent des produits ou facturent l’utilisation de produits dont elles restent les propriétaires. C’est une approche qui existe depuis des années, mais elle s’étendra certainement à de nouvelles catégories de biens qu’on n’aurait jamais pensé à louer. Dans le secteur de la mobilité, une automobile est un bien dont l’acquisition et l’entretien coûtent si cher que beaucoup de personnes se tournent vers d’autres solutions plus abordables, à mesure qu’elles deviennent plus largement disponibles. Dans des segments particuliers et pour certaines utilisations, les constructeurs d’automobiles sont en train de passer de la vente de véhicules à la prestation de services de mobilité sur demande – cela est devenu un véritable mot d’ordre pour de nombreuses entreprises au Sommet de la mobilité de cette année. L’essor des plateformes de partage est un autre indicateur, mentionne Krechowicz, la TI permettant de rentabiliser des biens sous-utilisés dans le cadre d’une copropriété ou d’un co-accès – pensez aux programmes de partage d’automobiles, de vélos ou de scooters qui sont maintenant offerts dans beaucoup de grandes villes du monde.

Le troisième aspect de la circularité est le resserrement du lien entre les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, qui transforme les relations pour leur donner un caractère moins transactionnel. La production de matières premières à partir des déchets accroît la récupération et le recyclage des ressources. «La demande des consommateurs incite à donner plus d’importance à la création de valeur sur les marchés d’occasions – par exemple, le marché des vêtements d’occasion croît plus vite que le marché des vêtements neufs», souligne Krechowicz. La pression des consommateurs et la réglementation sont également en train de transformer d’autres parties de l’économie, dont le secteur de la mobilité. Selon la directive de l’Union européenne sur les véhicules hors d’usage, les constructeurs d’automobiles sont maintenant tenus de récupérer ou de recycler 95 % des matériaux composant les véhicules qu’ils fabriquent. L’objectif est d’étendre la durée de vie d’un produit au processus de conception et de récupérer la valeur intrinsèque des produits éliminés.  

La collaboration est essentielle

Les modèles opérationnels circulaires offriront aux entreprises plus de possibilités d’interagir avec leurs clients tout au long du cycle de vie du produit, croit Krechowicz. En donnant plus d’importance à l’entretien, à la réparation, à la remise à neuf et au recyclage, les entreprises empêcheront les produits de devenir des déchets et prolongeront leur durée de vie utile. «Chaque entreprise peut intégrer à un niveau quelconque les principes qui sont à la base de cette nouvelle économie», affirme-t-elle. «Considérant la quantité de déchets que le système actuel produit inévitablement, il est toujours possible de mieux utiliser les ressources.» On constate déjà que des entreprises ont adapté entièrement leurs modèles opérationnels – de l’examen de la chaîne d’approvisionnement à la reformulation des produits. Si ces principes semblent simples en théorie, ils nous conduisent à repenser fondamentalement la manière dont nous produisons et nous consommons des biens, conclut Krechowicz. Devant la forte pression qu’exercent les mesures incitatives réglementaires et la demande accrue des consommateurs pour des solutions de rechange durables, il s’agit seulement de travailler ensemble afin de trouver de nouvelles façons d’innover.

Dans le deuxième volet de cette série, nous explorerons les tendances actuelles et les solutions dans le domaine de la mobilité durable autour du monde, tandis que dans le troisième volet, nous examinerons les implications financières de ces changements majeurs dans la mobilité pour le secteur bancaire.

Dénis de responsabilité

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d’un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir, ni s’engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis. Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d’une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»)

Vous êtes sur le point de quitter le site de la HSBC au Canada pour les clients entreprises.

Veuillez prendre note que les politiques du site externe sont différentes de celles de notre site Web et de la politique en matière de confidentialité. Le prochain site s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou dans un nouvel onglet du navigateur.

Vous quittez le site Web des services aux entreprises de la HSBC.

Veuillez noter que les politiques du site externe seront différentes des conditions et de la politique de confidentialité de notre site Web. Le prochain site s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre de navigation ou dans un nouvel onglet.