30 septembre 2019

Les documents électroniques, la chaîne de blocs et l’Internet des objets révolutionnent l’efficience de la chaîne d’approvisionnement et le commerce international

Vous avez des questions? Vous êtes prêt à commencer?

De l’approvisionnement au règlement, la vente transfrontalière de biens et de services est souvent un processus de longue haleine en raison de la foule d’intervenants, des piles de documents à produire et des bases de données fonctionnant en silo. Comme les exportateurs et les fournisseurs ne sont en général payés que lorsqu’une opération est officiellement conclue, cette lenteur nuit au fonds de roulement nécessaire pour maintenir et faire croître leurs activités.

«Le processus de lettre de crédit, entièrement sur support papier, est un bon exemple. Il faut remplir des formulaires de demande, gérer des connaissements imprimés, et le délai de traitement est souvent long après l’expédition», explique Vinay Mendonca, directeur général et responsable en chef mondial, Produits, propositions et structuration, Commerce international et financement des comptes clients de la HSBC. «Les vendeurs nous disent qu’après avoir expédié la marchandise, ils doivent patienter longtemps avant d’être payés et ne peuvent pas acheminer d’autres produits au même acheteur avant le règlement de l’opération.»

Cette façon de faire sera bientôt chose du passé grâce aux technologies de nouvelle génération, comme l’Internet des objets (IDO) et les chaînes de blocs. La révolution numérique du commerce international se caractérise généralement par une documentation électronique, des plateformes ouvertes, des réseaux connectés mais décentralisés et une collaboration entre les banques, les acheteurs, les vendeurs, les expéditeurs, les ports, les autorités de réglementation et autres organisations qui prennent part au commerce international.

Pour illustrer cette transformation, M. Mendonca évoque Voltron, la première plateforme ouverte de financement du commerce international en son genre, lancée par huit banques, dont la HSBC.

Sur Voltron, les acheteurs et les vendeurs restent en contact avec leurs partenaires bancaires et commerciaux et peuvent soumettre, suivre et traiter des connaissements, lettres de crédit et autres documents électroniques. Depuis le lancement en 2017, plusieurs opérations pilotes ont été conclues sur Voltron, notamment une entre Reliance Industries Limited, un exportateur de produits pétroliers et pétrochimiques basé en Inde, et l’importateur américain Tricon Energy Inc.

«Le processus de la lettre de crédit a été entièrement numérisé sur la chaîne de blocs», précise M. Mendonca. «Chacune des parties pouvait voir la progression de l’opération, de l’émission de la lettre de crédit aux avis en passant par la présentation en ligne et le règlement.»

La numérisation sur la plateforme Voltron a accéléré le traitement : l’opération de Reliance a été conclue en à peine 24 heures plutôt qu’en cinq à dix jours, comme c’est habituellement le cas.

«Voilà toute la valeur de la numérisation du commerce international : Reliance a ensuite pu débloquer la limite de Tricon et lui expédier d’autres produits.»

Voltron exploite la plateforme de chaîne de blocs R3 Corda, un registre décentralisé qui permet à tous les intervenants d’une opération de commerce international d’inscrire et de mettre à jour des renseignements, sans intermédiaire. Chaque intervenant, qui représente un nœud sur la plateforme de chaîne de blocs avec permission, a le droit de consulter, d’enregistrer et de modifier les détails de l’opération.

La HSBC a depuis réalisé d’autres opérations pilotes sur la plateforme Voltron, qui compte aujourd’hui plus de 50 organisations, dont environ 20 banques. La HSBC participe aussi à d’autres programmes de chaîne de blocs ouverts, comme we.trade, créé en partenariat avec 11 autres banques et aujourd’hui utilisé dans 14 pays européens.

«L’acheteur et le vendeur échangent leurs données sur we.trade, ce qui améliore la visibilité de l’opération», ajoute M. Mendonca. «En fonction de cette information, les banques sont en mesure d’offrir du financement, en particulier aux petites et moyennes entreprises.» we.trade est une autre solution de chaîne de blocs avec permission basée sur la technologie Hyperledger Fabric d’IBM.

Les avantages de la numérisation du commerce international vont bien
au-delà du financement rapide des vendeurs. Selon M. Mendonca, le fait de sécuriser et d’accélérer les opérations sur des plateformes de chaînes de blocs optimisera le fonds de roulement d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement.

La HSBC offre déjà des solutions à cet égard, notamment le financement de la chaîne d’approvisionnement, soit le versement par la Banque de paiements anticipés aux fournisseurs de clients majeurs. Pour accroître davantage l’efficacité du fonds de roulement, les banques doivent maintenant offrir aux fournisseurs un financement avant expédition pour les aider à couvrir leurs coûts initiaux de fabrication.

«C’est à ce chapitre que la technologie peut nous être utile», affirme M. Mendonca. «Le vendeur pourra directement transmettre les données du bon de commande de son progiciel de gestion intégré à la banque. Le fournisseur pourra alors demander un prêt avant expédition pour une certaine période. Après l’expédition des marchandises, ce prêt pourra aisément être transformé en facilité conventionnelle de financement de la chaîne d’approvisionnement.»

M. Mendonca croit que l’élargissement du financement du commerce international pour combler toutes les lacunes de la chaîne d’approvisionnement, ou presque, donnera lieu à des tarifs plus compétitifs dans l’ensemble.

«Lorsqu’un fournisseur est confronté à de longs délais de règlement ou n’est pas payé à temps et que le coût de financement est élevé, cela a des répercussions sur le coût des biens vendus et la compétitivité ultime des produits», ajoute M. Mendonca.

Pour faciliter la vie des exportateurs, la HSBC a créé un outil mobile de suivi des opérations de commerce international qui leur permet de consulter l’état des documents de commerce international, comme les lettres de crédit, les garanties et les prêts à l’acheteur. La HSBC a récemment ajouté une fonction pour que les clients puissent suivre le transport physique de marchandises et connaître l’heure d’arrivée prévue des navires.

Une autre fonction en voie d’être développée simplifiera le suivi de l’état des biens en transit grâce aux conteneurs intelligents dotés de senseurs IDO.

«Il est possible de connaître la température ambiante des marchandises pendant le transport, et de savoir si le conteneur a bougé ou si une porte a été ouverte. Ce n’est pas de la science-fiction : cette technologie est exploitée en ce moment même», précise M. Mendonca.

Et ce n’est que le début, ajoute-t-il, puisque les processus complexes et disparates à l’échelle mondiale ont donné lieu à de nombreuses inefficacités au fil des décennies. M. Mendonca croit que la numérisation et l’exploitation de technologies novatrices, comme les chaînes de blocs et l’IDO, continueront de métamorphoser les opérations commerciales et ultimement le commerce partout sur la planète.

«Pour que cette transformation s’opère avec succès, tout le monde doit emboîter le pas et les organismes de réglementation ont un rôle à jouer à cet égard», affirme-t-il. «Dans certains marchés clés comme Hong Kong, Singapour et la Chine, ces organismes offrent déjà des solutions numériques de financement du commerce international. La révolution est bel et bien en marche.»

Avis

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d’un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir, ni s’engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis. Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d’une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat.

Tous les produits de la HSBC ne sont pas offerts dans tous les marchés où la HSBC exerce ses activités. Veuillez communiquer avec votre représentant de la HSBC pour obtenir de plus amples renseignements.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»). © Banque HSBC Canada, 2019.

Vous êtes sur le point de quitter le site de la HSBC au Canada pour les clients entreprises.

Veuillez prendre note que les politiques du site externe sont différentes de celles de notre site Web et de la politique en matière de confidentialité. Le prochain site s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou dans un nouvel onglet du navigateur.

Vous quittez le site Web des services aux entreprises de la HSBC.

Veuillez noter que les politiques du site externe seront différentes des conditions et de la politique de confidentialité de notre site Web. Le prochain site s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre de navigation ou dans un nouvel onglet.