29 mai 2019

Stimuler le commerce avec l’Union européenne

Pour le commerce international, 2018 a été une année de grands bouleversements dans bon nombre de pays, et le Canada n’a pas fait exception – pensons notamment au remplacement de l’ALENA par l’Accord Canada États-Unis Mexique (ACEUM).

Vous avez des questions? Vous êtes prêt à commencer?

Mais l’ACEUM n’est pas la seule chose qui a considérablement transformé le paysage commercial canadien. L’Accord économique et commercial global (AECG), envisagé dès 2007, visait à réduire de 98 % les tarifs douaniers entre le Canada et l’Union européenne, soit une économie annuelle attendue de 590 millions €1.

Entré en vigueur de façon provisoire le 21 septembre 20172, l’AECG a depuis été ratifié par le Canada et plusieurs États membres de l’UE. Les réductions tarifaires en sont certes le principal avantage, mais non le seul. En voici d’autres qui intéresseront sans doute les entreprises canadiennes :

  • Encourager les investissements entre l’UE et le Canada.
  • Améliorer la protection des droits de propriété intellectuelle.
  • Fournir un cadre de reconnaissance des compétences professionnelles dans des secteurs comme la comptabilité et l’architecture.
  • Simplifier les démarches pour l’entrée et les visas.
  • Protéger certains produits alimentaires et certaines boissons (ce qu’on appelle les «indications géographiques») contre l’imitation3.

Des avantages sectoriels

Les retombées positives de l’AECG varient selon les secteurs, et on en constate déjà dans certains secteurs :

  • Secteur agroalimentaire – L’Union européenne est le quatrième marché d’exportation le plus important pour les produits agroalimentaires et les fruits de mer canadiens, dont les exportations ont totalisé 3,4 milliards de dollars en 2017. Par le passé, de nombreux produits agricoles canadiens à destination de l’UE étaient assortis de tarifs douaniers élevés, comme 17,6% pour les canneberges séchées sucrées. Mais depuis l’entrée en vigueur de l’AECG, 94 % de ces exportations sont maintenant exemptées de tarifs4, et Affaires mondiales Canada a noté une forte croissance dans les exportations de canneberges et de sirop d’érable5.
  • Technologies de l’information et des communications (TIC) – L’Union européenne est le quatrième importateur de produits de technologies de l’information et des communications (TIC) à l’échelle mondiale6, et le Canada est le deuxième marché d’exportation de TIC le plus important, de sorte que l’élimination des tarifs douaniers sur les exportations canadiennes de TIC à destination de l’UE donne aux entreprises la possibilité de soutenir efficacement la concurrence des fournisseurs de l’UE. Par exemple, les télécaméras et les appareils photo numériques étaient auparavant assujettis à des tarifs douaniers allant jusqu’à 14 %7. Par ailleurs, les entreprises canadiennes profiteront d’un meilleur accès aux occasions des marchés publics de l’UE en vertu de l’AECG.
  • Secteur des mines, métaux et minéraux – Les exportateurs de métaux et minéraux canadiens ont désormais accès à de nombreuses occasions, l’UE étant le premier importateur mondial dans ce secteur8. Depuis l’élimination des tarifs douaniers sur les métaux, les données d’Affaires mondiales Canada montrent que les exportations d’aluminium ont augmenté de 206 % entre le quatrième trimestre de 2017 et le deuxième de 20189 par rapport à l’année précédente. En vertu de l’AECG, les fournisseurs de services miniers peuvent aussi bénéficier de dispositions sur les séjours temporaires.
  • Secteur de l’automobile – Chaque année, le Canada exporte environ 85 % de sa production automobile10, et les exportations vers l’Europe ont beaucoup à gagner dans le cadre de l’AECG. Des tarifs douaniers allant jusqu’à 4,5 % sur les pièces automobiles importées du Canada ont été supprimés, et les tarifs douaniers sur des véhicules tels que les tanks, les camions anti-incendie et les tracteurs ont été éliminés. Les tarifs douaniers sur d’autres véhicules seront progressivement éliminés jusqu’en 2024. Selon les données d’Affaires mondiales Canada, les exportations d’automobiles et de pièces automobiles ont augmenté de 96 % entre le quatrième trimestre de 2017 et le deuxième de 201811.

Résultats à ce jour

Même si les dispositions de l’AECG ne sont pas toutes en vigueur, les données publiées l’an dernier par le gouvernement du Canada révèlent que l’Accord dégage déjà de bons résultats. Entre le quatrième trimestre de 2017 et le deuxième de 2018, le commerce bilatéral de biens et de services a augmenté de 6,1 % sur 12 mois, s’établissant à 110,6 milliards de dollars12. Ce résultat est en bonne partie attribuable à la hausse des importations de biens et services en provenance de l’UE; les importations canadiennes se sont chiffrées à 63,8 milliards de dollars, soit 10,3 % de plus qu’à la même période avant l’adoption de l’AECG. La capacité d’importer des biens à des prix plus faibles est un avantage pour les entreprises canadiennes qui s’approvisionnent auprès de fournisseurs européens.

Pour les exportateurs canadiens, les choses n’ont pas progressé aussi vite, la hausse globale se chiffrant à 0,7 %13. Cela dit, les exportations canadiennes de services à destination de l’UE ont augmenté de 4,8 %14, s’établissant à 13,3 milliards de dollars, entre le quatrième trimestre de 2017 et le deuxième de 2018. Selon les données d’Affaires mondiales Canada, les exportations à destination des pays de l’UE, hors Royaume-Uni, ont progressé de 6,9 %15, ce qui donne à penser que l’AECG favorise déjà la diversification des relations commerciales du Canada avec d’autres marchés de l’UE. De plus, certains produits ont affiché une forte croissance, dont les exportations d’aluminium, qui ont progressé de 206 %.

Tirer parti des occasions

D’autres entreprises canadiennes chercheront sans doute à exploiter les occasions offertes par l’Accord dans les années à venir. En effet, les chiffres de Kantar TNS indiquent que 42 % des entreprises canadiennes s’attendent à ce que l’AECG ait un effet positif sur leur entreprise16.

Compte tenu des dispositions de l’Accord, des entreprises de nombreux secteurs pourront affronter de plus en plus efficacement la concurrence d’autres entreprises de marchés qui ne profitent pas de cet accord commercial avec l’UE. Les entreprises canadiennes auront ainsi l’occasion d’exporter dans un plus grand nombre de pays européens que par le passé. Elles ont aussi beaucoup à gagner des nouvelles dispositions concernant la mobilité de la main-d’œuvre pour soumissionner sur les marchés publics.

Daniel Leslie, premier vice-président, responsable en chef des clients et adjoint au responsable en chef des services aux entreprises, Banque HSBC Canada, souligne la pertinence de l’Accord : «Je considère que cet accord commercial est très important pour le Canada et l’Union européenne. Nous constatons sans cesse que les entreprises qui font des affaires à l’international se développent plus rapidement que d’autres qui ont seulement une présence au pays.»

Compte tenu de son réseau distinct en Europe, la HSBC s’est engagée à soutenir les entreprises canadiennes qui cherchent à tirer parti de ces occasions de croissance :

  • La HSBC mène ses activités dans 34 marchés et est physiquement présente dans 19 marchés.
  • Son réseau peut soutenir 99 % des flux de paiements en Europe et 90 % des échanges commerciaux mondiaux.
  • Elle est un partenaire de choix pour les 6 500 multinationales en Europe.
  • Elle traite avec des entités de l’Espace économique européen dans des endroits stratégiques : la HSBC en France et en Allemagne, et des centres de trésorerie en Irlande et aux Pays-Bas.
  • Sa capitalisation boursière est plus importante que celle de toute autre banque européenne.
  • Elle a accès à plus de 50 systèmes de compensation en Europe.

Pour en savoir plus sur la façon dont la Banque HSBC Canada peut vous aider à prendre de l’expansion sur les marchés européens et d’autres, veuillez en parler avec votre gestionnaire de relations bancaires dès aujourd’hui.


1 http://trade.ec.europa.eu/doclib/press/index.cfm?id=1907
2 http://ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ceta/index_en.htm
3 http://trade.ec.europa.eu/doclib/press/index.cfm?id=1907
4 http://www.agr.gc.ca/eng/industry-markets-and-trade/international-agri-food-market-intelligence/europe/canada-european-union-comprehensive-economic-and-trade-agreement-ceta-for-agri-food-exporters/ceta-a-competitive-advantage-for-the-canadian-agri-food-industry/?id=1505510292539
5 https://www.cbc.ca/news/politics/ceta-anniversary-imports-exports-1.4823822
6 https://www.international.gc.ca/trade-commerce/trade-agreements-accords-commerciaux/agr-acc/ceta-aecg/business-entreprise/sectors-secteurs/ICT-TIC.aspx?lang=eng
7 https://www.international.gc.ca/trade-commerce/trade-agreements-accords-commerciaux/agr-acc/ceta-aecg/business-entreprise/sectors-secteurs/ICT-TIC.aspx?lang=eng
8 https://www.international.gc.ca/trade-commerce/trade-agreements-accords-commerciaux/agr-acc/ceta-aecg/business-entreprise/sectors-secteurs/MME-EMM.aspx?lang=eng
9 https://www.cbc.ca/news/politics/ceta-anniversary-imports-exports-1.4823822
10 https://www.international.gc.ca/trade-agreements-accords-commerciaux/assets/pdfs/ceta-aecg/provincial_ON_eng.pdf
11 https://www.cbc.ca/news/politics/ceta-anniversary-imports-exports-1.4823822
12 https://www.international.gc.ca/gac-amc/campaign-campagne/ceta-aecg/year_one-premiere_annee.aspx?lang=eng
13 https://www.international.gc.ca/gac-amc/campaign-campagne/ceta-aecg/year_one-premiere_annee.aspx?lang=eng
14 https://www.international.gc.ca/gac-amc/campaign-campagne/ceta-aecg/year_one-premiere_annee.aspx?lang=eng
15 https://www.cbc.ca/news/politics/ceta-anniversary-imports-exports-1.4823822
16 https://www.business.hsbc.com/-/media/cmb/campaigns/trade-navigator/europe-pdf/canada-report-autumn-2018.pdf

Dénis de responsabilité

Veuillez prendre note de ce qui suit concernant certains produits pouvant avoir été mentionnés en lien avec ces documents :

Pour tous les produits de la HSBC, certaines conditions et restrictions peuvent s’appliquer et les produits sont offerts sous réserve des conditions en vigueur.

Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d’une approbation de crédit. Tous les produits et services du Groupe HSBC ne sont pas offerts dans tous les territoires où le Groupe HSBC exerce ses activités.

Sauf si la législation en vigueur permet de procéder autrement, vous devez communiquer avec un membre du Groupe HSBC dans votre pays, territoire ou province de résidence si vous souhaitez avoir recours aux services du Groupe HSBC pour effectuer une opération dans un placement mentionné dans la présente communication.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»)

Vous êtes sur le point de quitter le site de la HSBC au Canada pour les clients entreprises.

Veuillez prendre note que les politiques du site externe sont différentes de celles de notre site Web et de la politique en matière de confidentialité. Le prochain site s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou dans un nouvel onglet du navigateur.

Vous quittez le site Web des services aux entreprises de la HSBC.

Veuillez noter que les politiques du site externe seront différentes des conditions et de la politique de confidentialité de notre site Web. Le prochain site s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre de navigation ou dans un nouvel onglet.