16 janvier 2017

Miser sur la croissance robuste du Mexique

L’économie florissante du Mexique devrait favoriser l’exportation de produits industriels et de biens de consommation canadiens

Dans la décennie à venir, le Mexique offrira au Canada des occasions d'affaires de plus en plus nombreuses, selon un rapport préparé par le Conference Board du Canada pour le compte de la Banque HSBC Canada.

Pour réussir au Mexique, les exportateurs canadiens doivent établir de solides relations durables avec les partenaires locaux, se constituer des réseaux de veille économique, tirer parti des ressources gouvernementales et s'engager à long terme.

Selon le rapport, les exportations nominales canadiennes au Mexique devraient croître de près de 30 % entre 2015 et 2019; le Mexique deviendra ainsi la destination la plus importante – en termes de croissance –pour les exportations canadiennes, une position qu'il partagera avec la Chine.

Principales tendances

L'optimisme du Conference Board à l'égard de l'économie mexicaine s'appuie sur trois tendances qui stimuleront la croissance économique au cours des cinq prochaines années : une base démographique favorable, des réformes économiques en cours et un secteur manufacturier en plein essor.

Le secteur manufacturier est particulièrement bien positionné pour progresser à un rythme soutenu dans les années à venir. Grâce à la croissance modérée des salaires, aux gains de productivité durables et aux coûts abordables de l'énergie, la fabrication des biens coûte moins cher au Mexique qu'en Chine.

L'amélioration de la compétitivité du Mexique depuis le début des années 2000 transforme le pays en un centre névralgique du secteur manufacturier nord-américain. Or, cela pourrait accroître la demande des produits industriels canadiens, dont les pièces automobiles, les machines, les matières plastiques et le caoutchouc, ainsi que les métaux primaires et les produits métalliques. Par conséquent, cela augmentera la demande de services commerciaux et de services de transport canadiens.

Expansion de la classe moyenne

La population du Mexique est jeune –l'âge médian est de 28 ans, contre 37 en Chine et 42 au Canada – ce qui contribuera à l'expansion de la classe moyenne et à la demande accrue de biens de consommation canadiens, particulièrement la viande, la nourriture pour animaux et les cosmétiques.

Le Mexique pourrait profiter d'un boum économique semblable à celui qu'ont connu le Canada et les États-Unis dans les années 1970, lorsque la vague des baby-boomers est arrivée sur le marché du travail.

Le rapport fait état du fait cependant que les exportateurs canadiens ne pourront pas concurrencer les autres entreprises sur la seule base des coûts. Ils devront plutôt se concentrer sur des créneaux et des produits distinctifs pour lesquels les entreprises mexicaines n'ont pas nécessairement l'expertise ou les ressources voulues. Ils devront se doter d'un avantage concurrentiel international et créer pour leurs clients potentiels une valeur supérieure à celle de leurs concurrents.

En 2015, les exportations canadiennes se sont chiffrées à 6,6 milliards de dollars, soit une hausse de 30 % par rapport à 2010. Au cours de cette période, toujours selon le rapport du Conference Board, seules les exportations canadiennes en Inde, en Chine et aux États-Unis ont affiché une croissance plus forte.

Demande de produits industriels

Le rapport dresse la liste de 14 sous-secteurs appelés à tirer parti des nouvelles occasions d'exportation au Mexique et les regroupe dans les trois secteurs suivants : produits industriels, biens de consommation et services.

L'essor du secteur manufacturier mexicain stimulera la demande de produits industriels canadiens. Plusieurs sous-secteurs sont bien placés pour répondre à la demande, notamment la fabrication de pièces automobiles, de métaux primaires et de produits et pièces aéronautiques.

La demande de biens de consommation profitera de l'expansion de la classe moyenne et bénéficiera aux fabricants canadiens de produits alimentaires et de produits chimiques tels que les savons, les parfums et les cosmétiques.

Les fournisseurs de service, quant à eux, tireront parti de l'augmentation du commerce de marchandises en Amérique du Nord. Les sociétés de service les mieux placées sont celles qui offrent des services de conception, de recherche-développement, de publicité, de maintenance et de réparation, des services financiers et des services de transport et de logistique.

Entreprises canadiennes au Mexique

Pour mieux comprendre ce qu'il faut pour établir une entreprise florissante au Mexique, le Conference Board a analysé les activités et les stratégies de trois entreprises canadiennes qui ont réussi sur le marché mexicain : La Petite Bretonne, Morai Logistics et Energold Drilling.

Deux principaux facteurs de succès sont ressortis des conversations du Conference Board avec les représentants des trois entreprises, à savoir instaurer la confiance et s'engager à long terme.

La Petite Bretonne vend ses produits au Canada, aux États-Unis, au Mexique et dans les Antilles. Ses Micro Croissants® feuilletés et ses biscuits à l'avoine plaisent aux palais des consommateurs mexicains et ne peuvent être facilement imités par la concurrence.

L'entreprise a deux agents commerciaux établis au Mexique qui importent ses produits, la représentent aux foires alimentaires et traitent avec les clients locaux.

Morai Logistics est un tiers fournisseur de services logistiques qui exerce ses activités partout en Amérique du Nord à titre d'agent autorisé de Mode Transportation, une société logistique établie aux États-Unis. Morai cible en particulier le marché américain et possède une connaissance approfondie de l'infrastructure des transports du Mexique.

Les relations personnelles sont importantes dans la culture mexicaine. «Les Mexicains veulent vous connaître, vous et votre famille, et veulent vous parler de leur famille», dit Kelli Saunders, PDG de Morai.

Contrairement à ce qu'on croit en général, la langue n'est pas un obstacle selon Mme Saunders. Elle souligne que les gens d'affaires mexicains sont bien éduqués et parlent souvent plusieurs langues, dont l'anglais.

Energold Drilling est une société d'exploitation minière et d'extraction de pétrole et de gaz, reconnue à l'échelle internationale pour ses méthodes de forage à faible impact social et environnemental. Elle compte quelque 230 installations de forage réparties dans 25 pays. Elle possède également une petite installation de fabrication au Mexique, qui est désormais un important fournisseur de pièces pour ses activités mondiales.

Selon Jerry Huang, directeur du Développement commercial et des Relations avec les investisseurs, dans un marché étranger, il faut absolument faire valoir l'engagement à long terme de l'entreprise auprès de toutes les parties prenantes.

Atténuer les risques

Comme le rapport le mentionne, faire des affaires présente des défis, notamment en ce qui a trait à la sécurité, au dédouanement et à la corruption. Or, les entreprises canadiennes qui visent le long terme peuvent surmonter ces obstacles.

«Il faut être prudent, c'est vrai. Ce n'est pas Montréal ni Toronto», dit Dominique Bohec, vice-président, Ventes et Marketing de La Petite Bretonne.

Selon M. Huang, il est possible d'atténuer les risques en ayant une bonne connaissance des conditions locales et en s'assurant que les gens ont reçu toute la formation nécessaire pour anticiper d'éventuels problèmes.

M. Bohec abonde dans le même sens et ajoute que le passage de produits à la frontière mexicaine est un processus complexe, d'autant plus que la réglementation peut changer rapidement. Les tâches liées au transport des produits de La Petite Bretonne vers le Mexique sont confiées à des employés désignés, qui sont en mesure de faire face aux problèmes éventuels qui surviennent à la frontière.

Morai a reconnu que le vol éventuel de l'équipement de transport est une menace réelle. Pour en atténuer le risque, elle offre à ses clients une gamme de produits intermodale qui fait appel au réseau ferroviaire mexicain.

La corruption, dont les demandes de pots-de-vin, est un problème plus fréquent en dehors des grands centres urbains, mais M. Huang avertit les entreprises canadiennes de ne pas s'impliquer.

«C'est une pente dangereuse et une façon de faire des affaires à courte vue, ce qui est inacceptable pour toute société ouverte», dit-il.

Tirer parti des occasions offertes par le Mexique

Linda Seymour, vice-présidente à la direction et responsable en chef des services aux entreprises de la Banque HSBC Canada, estime que le rapport du Conference Board est un guide utile pour les exportateurs canadiens qui souhaitent s'établir au Mexique ou y accroître leurs activités.

Selon elle, les exportateurs canadiens aident notre pays à regagner le terrain perdu en matière de productivité, d'innovation et de compétitivité, des indicateurs clés d'une économie saine et prospère.

«Plus le nombre d'entreprises canadiennes qui accéderont aux occasions qui se présentent dans le monde – y compris au Mexique – sera élevé, plus nous aurons de chances d'assurer la santé économique à long terme de notre pays», dit-elle.

Pour lire le rapport complet Aider les entreprises à saisir les occasions d'affaires au Mexique, cliquez ici pour le télécharger.

Source : Rapport du Conference Board du Canada : Aider les entreprises à saisir les occasions d'affaires au Mexique, Septembre 2016

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d'un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir, ni s'engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis.

Certains des produits et services proposés par la Banque HSBC Canada, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d'une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat.

Aucune partie de la présente publication, qui est confidentielle et ne doit pas être diffusée au public, ne peut être reproduite, mise en mémoire dans un système de récupération de données, copiée, transférée ou transmise, et son contenu ne peut être divulgué, résumé ou autrement mentionné à quiconque, en tout ou en partie, sous aucune forme ni par aucun moyen électronique ou mécanique, par photocopie, enregistrement ou autrement, sans le consentement écrit préalable de la HSBC.

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»)

Avis :

Veuillez prendre note de ce qui suit concernant certains produits pouvant avoir été mentionnés en lien avec ces documents :

Les services HSBCnet sont fournis au Canada par la Banque HSBC Canada. Les caractéristiques et les fonctions de HSBCnet varient d'un pays à l'autre. Ces services sont assujettis à la réglementation canadienne en matière de sanctions.

Au Canada, les produits de dépôt et de crédit et les autres produits bancaires sont offerts par la Banque HSBC Canada, qui est membre de la Société d'assurance-dépôts du Canada (SADC).

Pour tous les produits de la HSBC, certaines conditions et restrictions peuvent s'appliquer et les produits sont offerts sous réserve des conditions en vigueur.

Certains des produits et services proposés par la HSBC, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d'une approbation de crédit. Tous les produits et services du Groupe HSBC ne sont pas offerts dans toutes les juridictions où le Groupe HSBC exerce ses activités.

Sauf si la législation en vigueur permet de procéder autrement, vous devez communiquer avec un membre du Groupe HSBC dans votre pays, territoire ou province de résidence si vous souhaitez avoir recours aux services du Groupe HSBC pour effectuer une opération dans un placement mentionné dans la présente communication.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec votre représentant de la HSBC.

Publié par la Banque HSBC Canada.
© Banque HSBC Canada 2017. TOUS DROITS RÉSERVÉS

Vous êtes sur le point de quitter le site de la HSBC au Canada pour les clients entreprises.

Veuillez prendre note que les politiques du site externe sont différentes de celles de notre site Web et de la politique en matière de confidentialité. Le prochain site s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou dans un nouvel onglet du navigateur.

Vous quittez le site Web des services aux entreprises de la HSBC.

Veuillez noter que les politiques du site externe seront différentes des conditions et de la politique de confidentialité de notre site Web. Le prochain site s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre de navigation ou dans un nouvel onglet.